La figue de barbarie


Lorsque nous circulions dans le sud marocain, nous avons remarqué sur le bord de la route nombre de petites échoppes et de petis revendeurs mettant à la disposition des automobilistes, qu'ils soient locaux ou touristes, des seaux, ou des cagets remplies de figues de barbarie. Plus au sud d'Algol, en descendant sur Mifelt vous abordez l'empire de la figue. Vous en trouvez partout, jusqu'au fond des grottes de pécheurs, et sous des formes peu légales (alcool de figue, distillation maison). Entracte culinaire !


La figue de barbarie
Les champs de figues s'étendent à perte de vue au sud de Sidi Ifni et recouvent les collines, gorges et défilés. Toute une population vit de cette ressource et a généré la mise en place de coopératives et unités de productions éparpillées dans le djebel (montagne).
C'est que la figue, mentionnée dans le Coran et dans la Bible, possède nombre de vertus. Elle occupe une place emblématique dans tout le bassin méditerranéen, et tient une place importante dans la cuisine marocaine. On compte pas moins de 700 variétés dont la figue de Barbarie, que les Trogs vous conseillent, expérience faite, de ne pas saisir à pleine mains, sous peine de devoir passer des heures à vous épiler les paumes constellées de minuscules "poils" incrustés dans votre chair.
 

La figue de barbarie
Allez, continuons notre tour des spécialités locales : les échoppes vous propose l'huile d'Argent et des dérivés, sans oublier différentes sortes de miel dont l'un "pimenté" est resté au fin de la gorge de Mister Trog durant plus d'une heure. Decidement, ces grottes marocaines restent ancrées dans notre souvenir à plus d'un titre...
 

La figue de barbarie

La figue de barbarie
Rejoignez nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Samedi 9 Novembre 2013 à 07:56 | Lu 186 fois