L’art en troglo


L’idée d’exposer en troglo n’est plus une nouveauté, les expériences sont multiples : ainsi le village de métiers d’Art de Turquant, La Rose Bleue, l’Art en troglo à Saint-Etienne de Chigny ou encore la manifestation « troglo à neuf » au lieu dit La Rochère à Nozay (37). Dans ce dernier cas des propriètaires ouvrent leurs troglos au public durant le temps d’une manifestation qu’ils affectionnent depuis quatre ans.


Les passeurs d’histoire

L’art en troglo

Isabelle et Jean-Michel sont les propriétaires du site, et se sont très vite sentis les dépositaires du lieu, gardiens de sa mémoire, des histoires qui leur sont rapportées par le voisinage. Très rapidement ils montent une association désireux d’inscrire leur action dans la valorisation du patrimoine troglodytique. Les élèves des écoles voisines viennent visiter le lieu et c’est tout naturellement qu’il ouvrent leurs portes et accueillent chaque année depuis maintenant quatre ans la manifestation intitulée « troglo à neuf »


Troglo à neuf

L’art en troglo

Durant une dizaine de jours, quelques artistes rigoureusement sélectionnés, 9 au total (jeu de mot compris) investissent l’espace, qu’ils soient peintres, sculpteurs, illustrateurs, photographes…leurs œuvres devront s’inspirer des lieux, d’où une interaction complète entre le lieu et l’artiste.

Cette année l’espace était réservé à Sandrine Azara, Sandra Duveau, Françis Katchatouroff, que nous avons évoqués dans nos colonnes. Six autres artistes les ont accompagné dans cette démarche : Lionel Tonda, Carole Boissière, Chantal Delmas, Michel Davo, Béatrice Suspène et Mélanie Lusseault.

Le succès est total, mais la volonté du couple n’est pas d’accueillir toujours davantage de monde, car il faut gérer l’évènement dont ils veulent préserver l’originalité, l’authenticité en restant proche des ambitions de départ : un moment de rencontre avec l’Art.



Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Vendredi 27 Mai 2011 à 10:37 | Lu 778 fois