Jérôme Paressant, de fil en aiguille


Jérôme Paressant est un homme orchestre, avide de tout, le regard clair se pose sur l’Etre avec un regard d’enfant toujours interrogatif. Ce Nantais d’origine s’est passionné pour le patrimoine ligérien, véritable champ d’expériences, terrain de jeu pour son imagination, sa créativité et sa sensibilité au travers d’images fixes et animées. les Trogs vous brossent en quelques mots le portrait d'un artiste complet qui s'inscrit dans le paysage du Saumurois et présente son travail à partir du 19 janvier à Tours.


Jérôme Paressant, de fil en aiguille
A comme ABRAXAS, musicien de formation, Jérôme débute dans le monde du rock, avec son groupe : clarinette, guitare, voix électronique.
 
B comme buccolique, son travail sur le travail du Vin (Antoine Sanzay), le Clos Cristal, ou photos, vidéos et textes s’entrelacent.
 
C comme créateur audiovisuel : musique, film, photo. L’artiste oriente son travail vers la réalisation de films de cinéma et la création d'expositions audio-visuelles, tout en développant un travail photographique au quotidien.
 
D comme doctorat de troisième cycle (études de lettre) suivies à Nantes.
 
E comme écrits : production de nombreux scénarios avant de venir à la réalisation filmée.
C’est aussi E comme électronique (musique, clips vidéos), son domaine de prédilection.
 
F comme films : projet de réalisation avec Antoine Sanzay, vigneron à Saumur dont on peut apercevoir quelques vidéos :
Mais également F comme famille : il a été bercé dans les Arts plastiques
 
G comme la Gastronomie, le vin, la culture et l’amour du terroir autant de traditions familiales (sa grand-mère tenait un restaurant étoilé Michelin)
 
H comme humain : au delà du regard porté sur l’Etre, c’est bien l’humain qui l’intéresse (galerie de portraits photographiques). Ou encore comme Hôpital de Saumur,
 
I comme interrogatif, comme un enfant s’interroge sur le monde, une expression toujours étonnée, curieuse, qui me frappe dès notre première rencontre.
 
J comme journaliste : “j’ai écrit pour la presse-magazine essentiellement dans les domaines de l’art de vivre, de la gastronomie… J’ai aussi collaboré avec Jean-Claude Ribaut, chroniqueur gastronomique au quotidien « Le Monde ». J’ai réalisé des reportages sur le Muscadet, sur des restaurateurs et des produits gastronomiques du grand Ouest…
Ou comme Jazz qui fait partie de la musique qu’il affectionne.

K comme (là, je sèche...), alors je dirai Katmandou, l’Asie, la Chine qu’il aimerait découvrir.

L comme Loire, ligerien, le vignoble ligérien ?
Jérôme Paressant : Cela est inévitable car j’habite dans les vignes… J’y fais régulièrement de nombreuses images (fixes et en mouvements).
Vous filmez également des éléments du patrimoine ligérien (Abbaye de Fontevraud, Saumur…). Avez-vous d’autres projets de mise en valeur du patrimoine ligérien?
Jérôme Paressant : Oui, il y a de nombreux lieux que j’aimerais filmer. Par exemple, je rêve d’un projet autour du Parc naturel Régional Anjou Touraine, ou d’un film conséquent dans l’Abbaye de Fontevraud.
J’ai donc toujours vécu à proximité de la Loire (et du vignoble)…

M comme Musique :
C’est l’élément moteur qui a toujours animé Jérome. “Mon travail de musicien m’a amené à filmer mes premiers clips musicaux, et également à élaborer des vidéos diffusées dans le cadre de spectacles…”
Multi-instrumentiste (clarinette, guitare, voix, électronique), passionné par les recherches sonores, ayant débuté dans le monde du rock, il s’est orienté avec son groupe ABRAXAS PROJEKT vers une pratique musicale mêlant musiques électroniques, et jazz contemporain… Jérôme Paressant déploie sa soif de musique dans les domaines du théâtre (depuis 1996 dans les mises en scène de Christophe Héridel), de la danse (en 2003 avec le Paon du Jour), de l’image…

N comme Nantes, où il est né et passé une grande partie de sa jeunesse
 
O comme Onirique : Le travail présenté dans le cadre de l'exposition « Enfances » est à la fois onirique, fictionnel... “L'environnement personnel est perçu sous un angle intemporel. Le regard se pose sur le jeu, l'énergie de l'instant, et autres fulgurances et douceurs de l'enfance. Une recherche d'élévation à travers la lumière, matière première du photographe. “
 
P comme photographe Jérome exerce désormais un travail photographique au quotidien.
La photographie est devenue désormais pour lui un domaine privilégié de création, en écho, en autonomie de son travail de videaste. Adepte du numérique, il privilégie le travail à la prise de vue.
 
Q comme quid, découvrez l'univers de Jérôme sur www.vimeo.com/jeromeparessant. Quelques références :

TIME-LAPSE BOOK (court-métrage de fiction, 26 mm, 2010)
SAINT SEBASTIEN (court-métrage de fiction, 10 mm, 2010)

La voie de Loïcia (Oceanik creations, 2007)
La voie d'Anaïg (Oceanik creations, 2004)

L'ivresse de la nuit (Idlivre, 2001)
Ce que les aigles savent (Le manuscrit, 2003)

Voici des références de films, plus courts que CINCO ou TIME-LAPSE BOOK
ODE TO THE BIG MOUNTAINS https://vimeo.com/29308535   LE PASSAGER https://vimeo.com/28755438
 
R comme réalisations
“Je viens de finir mon troisième court métrage de fiction « TIME LAPSE BOOK » (26 minutes) visible dans sa totalité jusqu’au début janvier. Ce film est avant tout destiné aux festivals de cinéma.”
 
S comme Sensibilité artistique, Sanzay, Saumur
Son travail sur le Clos Cristal célèbre les vendanges où sont associés les hommes, les chevaux  et les machines. Sa rencontre avec Antoine Sanzay, Vigneron avec lequel il entreprend son projet “la vie du vin”. Extrait de La Vie du Vin : http://vimeo.com/41904226. Jérôme Paressant est installé dans le Saumurois à Varrains.
 
T comme Time Lapse : TIME-LAPSE BOOK a été filmé à Saumur, Varrains, Fontevraud et Angers…
 
U comme Unité : voir l’article du kiosque dans lequel JP explique comment il utilise et combine ces deux disciplines que sont le cinema et la photo. http://www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=12166
 
 V comme vigneron : “Nous sommes actuellement à 3 épisodes : DANS LES VIGNES, DANS LA CAVE, LE CHEMIN DU RAISIN (vendanges 2010). L’idée de départ est de suivre le travail du vigneron sur un cycle complet. Je souhaiterais in fine monter ce film comme un documentaire, je cherche pour cela l’appui d’une société de production. Mon approche est cinématographique et non journalistique, mais je veux être précis.
J’essaie de montrer le travail du vigneron de manière juste et abordable, sans être trop bavard. A titre d’exemple, le troisième épisode a été filmé en une seule après-midi. 1 heure de rushes pour un montage final de 5 minutes.”
 
W comme : www.jparessant.com
 
X comme eXpositions
Après avoir signé l’exposition réalisée en octobre-novembre 2012 à l’Hôpital de Saumur consacrée au Clos Cristal, Jérôme dévoile ses talents à “ARCADES INSTITUTE à Tours.

Y comme ?   : “Je préfère le Y :  Y comme YANG... cela m'évoque la Chine, la pensée chinoise...une lettre comme le symbole d'une croisée de deux chemins...”
Jérôme Paressant, de fil en aiguille

Et  ZUT! Allez donc le découvrir par vous-mêmes : Jérome vous attend à “ARCADES INSTITUTE (8 place de la Monnaie Tournois,du jeudi au samedi de 15 heures à 19 heures). C’est à Tours du 19 janvier au 10 février 2013. le vernissage aura lieu samedi 19 à partir de 18h30.


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Samedi 12 Janvier 2013 à 05:30 | Lu 586 fois