Il y a matière avec le falun (2)


Dans la classe d’à côté, (se référer à l’article « Il y a matière avec le tuffeau (1) » Marcel D, professeur de géologie entame son exposé sur le falun.


Il y a matière avec le falun (2)
Tout ne serait pas arrivé si, il y a environ 15 millions d'années, la "mer des faluns" qui recouvrait toute la région de la Loire ne s’était pas retirée 5 millions d'années plus tard, et là de nombreuses espèces marines se sont retrouvées piégées (requins, crustacés, poissons...). La sédimentation fait son travail. Le falun s’est formé dans une mer plus agitée que le tuffeau, constitué de débris plus grossiers particulièrement de nombreux débris de coquilles (lamellibranches, gastéropodes, bryozoaires, oursins...), parfois de restes de vertébrés (os et dents de poissons, reptiles et mammifères) englobés dans une matrice sableuse. Les faluns se sont formés dans une mer chaude et peu profonde qui s’ouvrait sur l’Atlantique et s’étendait jusqu’au-delà de Blois. Il y a seulement dix millions d’années. Bref, retenons aujourd’hui que le falun est une roche sédimentaire de formation organo-détritique déposée en mer peu profonde, composée de très nombreux débris coquilliers bien cimentés par une matrice sableuse et argilo-sableuse. Ensuite par consolidation, l’ensemble devient un grès constitué de débris calcaires. On parle de calcaire détritique.  Etymologiquement parlant, les paysans de Touraine ont très vite caractérisé ces terres d’origine lacustres et les ont utilisées pour l’amendement de terres lourdes à labourer, pauvres en calcaires. Le falunage donnait à l'usage à long terme une terre plus légère. Et au 18eme siècle apparaît dans le vocabulaire technique agricole le terme de faluner, falunière, mine d’extraction du falun.  Dring ! Rangez correctement vos affaires, et sortez en récréation, chers petits. Mais je n’en ai pas pour autant fini avec vous…


Rédigé par Emmanuelle VILLAIN le Jeudi 7 Avril 2011 à 12:34 | Lu 717 fois