Grottes pariétales en Pays de Loire

Les trésors du Monde Souterrain


Pas besoin de descendre vers Lascaux ou plus au Sud : savez-vous que notre Mayenne renferme des trésors de l'art pariétal? Rendez-vous en famille à Thorigné-en-Charnie...


Le canyon de Saulges

A quelques centaines de mètres du village de Saulges, petite cité de caractère, se dévoile une vallée encaissée d'environ 1,5 km creusée par l'Erve, et appelée le canyon de Saulges.
Une vingtaine de grottes ont été répertoriées, dont les plus remarquables sont les grottes aux décors pariétaux : la grotte de Margot et la grotte Mayenne-Sciences. D'autres, comme la grotte de Rochefort, permettent une descente dans un gouffre.

La présence de ces grottes et abris sous roche fait de Saulges un site exceptionnel, dont la particularité est d'avoir été occupé par l'Homme depuis la Préhistoire.
Des premiers archéologues amateurs du XIXème aux chercheurs du C.N.R.S. aujourd'hui, la vallée de l'Erve suscite toujours intérêt et curiosité… et continue toujours à dévoiler ses secrets.

Quelle est l'origine géologique du site?
Du village de Saint-Pierre-sur-Erve au village de Saulges, la rivière l'Erve traverse un affleurement calcaire primaire du Carbonifère (300 millions d'années).
Cette formation, remarquable dans cette région, est unique dans le Massif Armoricain par sa morphologie. Elle présente en effet des formes d'altération de la roche par l'eau chargée de gaz carbonique.
La rivière a creusé une vallée encaissée appelée canyon. Au sommet des plateaux qui l'encadrent, s'est développée une érosion de type karstique.
La manifestation la plus évidente en est la présence d'un réseau de grottes : une vingtaine a été recensée au pied des falaises bordant la vallée, mais il pourrait y en avoir une trentaine.

Qui vivait dans ce canyon?
Il y a 35 000 ans, l'homme de Cromagnon succède à l'homme Néandertal ( 200 000 ans). Ces chasseurs-cueilleurs semi-sédentaires suivaient les déplacements saisonniers des grands troupeaux de rennes. Les habitants du « canyons » de Saulges allaient souvent au bord de la mer : ils en ont rapporté une canine de phoque et des bigorneaux pour se faire des colliers. Il est probable qu'ils ne s'installaient dans le « canyon » que pour passer l'hiver. Toutefois, ils ne vivaient pas dans les cavernes. Ils occupaient les entrées des grottes ou campaient sur la steppe, sous une tente de peaux. L'exception est la grotte de Rochefort (Saint-Pierre-sur-Erve), ou les hommes sont rentrés un peu plus profond.

La grotte de Mayenne-Sciences et la grotte Margot

La présence de vestiges préhistoriques est connue de longue date et des fouilles ont été effectuées par Chaplain Duparc en 1876. Mais c'est en 1967 que le spéléologue Roger Bouillon explore la grotte qui sera baptisée "Mayenne-Sciences". Celle-ci fera ensuite  l'objet d'une étude approfondie par l'archéologue Romain Pigeaud. Celui-ci a relevé dans la grotte  59 représentations, dont 16 figures (9 chevaux, 2 mammouths, 1 bison, quatre indéterminés), 19 signes, 12 tracés indéterminés et surtout 12 tracés digitaux rouges.
Des datations au carbone 14 et une étude comparative avec les grottes ornées quercinoises ont permis de proposer une époque gravettienne (- 29 000 à - 23 000) pour la réalisation du décor de la grotte ornée.

La grotte Margot tient son nom d'une bohémienne accusée de sorcellerie nommée Margot qui se serait réfugiée dans la cave. Les fouilles ont permis d'y mettre à jour un bestiaire fabuleux, dont des aurochs, caractéristiques de l'époque de glaciation.
Le décor comprend, entre autres, 7 chevaux, 6 rhinocéros laineux, 2 oiseaux, 2 anthropomorphes,  2 bovidés (dont un probable bison), 2 cervidés (dont un probable renne), ainsi que des formes anatomiques : mains et  sexe féminin. Certaines peintures sont de  la période du Gravettien et d'autres du Magdalénien supérieur et final (12000 - 9000 ans). Il s'agit de gravures de petite taille, et d'une grande finesse d'exécution. Les graveurs recherchent alors un plus grand réalisme dans le rendu de l'anatomie et des pelages, ainsi que dans l'expression du mouvement.

Si la grotte Mayenne-Sciences est fermée au public, la grotte Margot est ouverte exceptionnellement à certaines dates ( dont tous les mardis en juillet-août).

La grotte de Rochefort

La  grotte de Rochefort offre, quant à elle, des attraits différents : on descend dans le gouffre par des échelles métalliques à une quinzaine de mètres de profondeur.
Le développement de la grotte avoisine les 250 mètres et comprend un réseau supérieur et un réseau inférieur.
Seul le premier couloir et la vaste salle dite « des troglodytes » étaient connus des hommes préhistoriques.
Le réseau inférieur menant à la nappe phréatique n'a été découvert qu'en 1882.
Les fouilles on permis d'identifier une couche médiévale et moderne caractérisée par un cailloutis régulier avec une occupation protohistorique et antique signalée par des poteries, des objets métalliques comme des bracelets, des monnaies, ainsi qu'une occupation néolithique, représentée par un petit lot de mobilier : lames de hache polie, pointe de flèche et poignard en silex. Ces objets évoquent une sépulture.
Les couches préhistoriques sont actuellement en cours de fouilles.
Les orgues, les stalactiques et stalagmites feront le bonheur des amateurs de spéléo.

Le site est aménagé avec des parcours natures et des parcours d'escalade. On peut visiter une fermes de fossiles à proximité et un gîte permet de loger sur place.

Pour plus de renseignements:
GROTTES ET CANYON DE SAULGES
La Roche Brault, 53270 THORIGNE-EN-CHARNIE

http://www.grottes-de-saulges.com


Lady Trog


Rédigé par Renée Frank le Vendredi 28 Mars 2014 à 11:38 | Lu 877 fois