Goût d’amertume à Coutures

Culture en troglo


« Les bonnes choses ont une fin » dit le proverbe. Le Goût thé en libr’air ferme ses portes à la fin de la saison estivale. C’est annoncé. Après quelques années passées dans ce troglo-écrin, Patricia Carpentier met les voiles pour un ailleurs. Elle nous aura offert, mi-fée mi sorcière, différentes animations et moments de partage de qualité. Alors, essayons d’en profiter encore pendant qu’il en est encore temps, en se disant qu’avec le temps va, un autre Goût de thé pourra s’ancrer quelque part.


Chers amis ! Louise a une annonce à vous faire...

" Dimanche, tôt. Montsabert, le 7 août.
J'ai un soleil tendre sur la nuque. Il fait beau ce matin à Montsabert. J'ai marché pieds nus sur le chemin, et tout est d'un calme ! Il n'y a que les oiseaux et les insectes pour peupler le silence. De temps en temps, on croise un vélo. Une voiture. Pas souvent. Parfois, l'impasse se transforme : vous êtes arrivés avec vos bavardages et vos rires.
Hier, j'ai lu à haute voix et pour quelques personnes assises là, la Lettre à un amoureux, petit recueil de mes écritures. On était au jardin, sous les arbres, et je ne m'attendais vraiment pas à ce que ce moment soit si doux, si plein. Je ne m'attendais à rien, en fait. J'ai été surprise. J'ai été ravie.
Montsabert est un point de repère pour belles personnes. Hier a été une journée riche, remplie de passages, de rencontres qui font du bien, de rencontres qui laissent la lumière allumée derrière elles. Quand vous avez visité une âme, désapprenez vos réflexes écologiques. Quand vous avez visité une âme, partez en laissant la lumière allumée ! C'est comme ça que la joie reste, diffuse, tranquille. On peut regarder sereinement quelques instants encore de petits sourires flotter autour de soi. Ici, j'adresse un grand merci sonore à tous les humains de la journée d'hier ! Ce fut une belle peuplade de personnes, qui toutes, portaient un peu de beauté et ont la bonté de la partager.
 
La maison et son jardin sont vendus.
Ma maman et son café-librairie déménageront fin septembre, une jolie famille viendra prendre demeure dans ce qui est encore un lieu de rencontres improbables. Le café-librairie va renaître ailleurs, emportant avec lui toute sa clique de légumes de saison, de livres frais, d'artistes d'occasion, de lectures épicées, de spectacles à la vapeur, de visiteurs appétissants, de poésie à volonté. Pas de panique, rien ne se perd ! Le concept a bel et bien vocation à vous donner rendez-vous ailleurs. Montsabert fût le premier volet de l'histoire. Mais quel volet !
Un volet grand ouvert, pour laisser passer les couleurs et les étincelles de vie.
 
Si donc vous deviez faire quelque chose ces prochaines semaines, chers amis de l'ouest, chers baroudeurs des lointains, si vous deviez n'avoir qu'un seul rendez-vous : poussez la porte de Montsabert. Ce n'est une impasse que pour le cadastre.



Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Mercredi 10 Août 2016 à 12:50 | Lu 211 fois