Edouard Utudjian et le GECUS

Culture souterraine


Le livre VINGT MILLE LIEUX SOUS LES TERRES évoque le travail d'Edouard Utudjian (1905-1975) , architecte d'origine arménienne, et apôtre de l'urbanisme souterrain, qui fut le fondateur du GECUS, Groupe d’études et de coordination de l’urbanisme souterrain en 1933.


Edouard Utudjian

Que disait Edouard Utudjian au sujet du monde souterrain?
"La peur habite ces lieux, peur sensuelle qui est une réaction toute physique de l'homme prenant pieds dans un milieu qui n'est pas le sien. 
II est tout à fait probable que le retard pris par l'urbanisme souterrain par rapport à l'urbanisme aérien, et cela alors qu'il fait son apparition au même moment et que sa tradition était peut-être plus ancienne, provient de cette peur de l'homme et de sa répulsion. Dès l'origine, il s'est pro­duit une rupture. L'adaptation au monde extérieur s'est faite aux dépends de son adaptation au monde souterrain dont la conquête lui répugnait. 
La peur du monde souterrain sera dominée lorsqu'on s'apercevra que les progrès du conditionnement de l'air, comme son coût modique et son bon rendement, que les progrès de l'éclairage, de l'étanchéité et de l'isole­ment peuvent donner à l'habitat souterrain une supériorité que les habi­tations au sol, bruyantes et situées dans une atmosphère polluée."

Le développement de l'urbanisme souterrain a donc pour préliminaire la dédiabolisation et la gestion irrationnelle des peurs qu'il génère. Cela passe aussi par un effort pour rendre confortables et fiables les constructions en sous-sol.

Le GECUS

« Utudjian envisagea de former un groupe qui étudierait spécialement les principes d’une architecture souterraine, qui s’efforcerait de prouver qu’en coordonnant ces différents travaux souterrains un vérita­ble urbanisme souterrain pouvait naître. Ainsi naquit le GECUS – Groupe d’Etude et de Coordination de l’Urbanisme Souterrain qui a compté près de 400 membres dans le monde entier : ingénieurs, architectes, géolo­gues, juristes, biologistes, chimistes, géotechniciens, etc. Pour relier ces spécialistes de la construction souterraine, le CPITUS, Comité Permanent International des Techniques et de l’Urbanisme Souterrains, a organisé des congrès à partir de 1937.
Le GECUS s’attacha d’abord à des objectifs limités en préconisant, par exemple, la construction en sous-sol des cinémas, parkings et ouvrages pour la protection civile. Puis, par la voix d’Utudjian, le groupe recon­sidéra entièrement le principe de la ville et préconisa une cité à trois dimensions. Si les architectures souterraines se multiplient, l’urbanisme qui devrait guider, réunir ces différents travaux souterrains est encore de la prospective. A la surface du sol, un véritable urbanisme est excep­tionnel. En sous-sol il est pratiquement inexistant. Si, dans sa première vision, Edouard Utudjian concevait une gigantesque ville souterraine, il ne préconise plus l’habitat en sous-sol et ne con­cevait la vie souterraine que temporaire. Mais en revanche les éléments urbains qu’il voit en sous-sol sont considérables.
On conçoit combien une ville libérée au sol de toutes ses servitudes pour­rait être aérée, claire, saine. Par contre, l’architecture souterraine devrait présenter elle aussi des garanties d’hygiène aussi morales que physiques. C’est-à-dire que l’esthé­tique de l’architecture souterraine devrait rassurer l’occupant en accusant la solidité de la structure et, d’autre part, évoquer la légèreté et l’élancement des constructions en surface pour éviter la claustrophobie. Enfin, les couleurs joueraient un rôle important en modifiant les ambiances et les proportions des salles.
source : http://utopies.skynetblogs.be/post/6593921/villes-souterraines
 

Mount weather

Les travaux de Edouard Utudjian sont cependant restés souvent au stade de l'utopie, ou ont principalement débouché sur des projets militaires, que ce soit en France ou aux Etats-Unis.
C'est le cas de sites gérés par l'administration américaine des situations d'urgence, la FEMA, comme celui de « Mount Weather », en Virginie,  dont une partie ( la zone B) est une ville souterraine d'une superficie de 56000 m² creusée dans la montagne et  inspirée des travaux du GECUS.



Publications de Edouard Utudjian:
- Urbanisme souterrain (Manifeste du GECUS), 1933.
- La Maison de demain, Les publications techniques, Paris, 1945 (avec P. Legeard).
- L'Urbanisme souterrain, Presses universitaires de France, collection « Que sais-je ?  » no 533, 1952 (réédité en 1964).


Rédigé par Renée Frank le Dimanche 18 Janvier 2015 à 19:51 | Lu 432 fois