De la littérature souterraine : "Vingt mille lieux sous Paris" (3/3)

Littérature souterraine


Nous vous avons fait découvrir le livre de Basile Cenet, passionné du monde souterrain parisien qu'il connaît comme sa poche. Carrières, catacombes réseaux techniques : aucun sous-sol n'a de secret pour lui. Ultime étape de sa quête initiatique : creuser pour relier les circuits entre eux... Quand le marteau piqueur remplace le burin!


L'art et la recette du creusage

J'ai su très rapidement en descendant dans les catacombes que j'allais devenir ce que nous appelons un creuseur, quelqu'un qui ouvre des chatières pour trouver de nouvelles galeries, de nouvelles salles et de nouveaux accès. De manière générale, tout chantier débute par un travail de repérage très précis sur les plans et sur le terrain. L'art du creusage, car c'en est un, repose là-dessus, le reste n'est qu'une question de motivation et d'organisation. J'insiste sur ce dernier point car parfois la logistique à déployer est considérable. Il faut aussi faire en sorte que le moral de tout le monde reste au plus haut même quand le chantier commence à traîner un peu sur la longueur, de plusieurs semaines à plusieurs mois. Les choses ne se passent pas toujours exactement comme on l'avait prévu quand on creuse une chatière puisque l'on crée quelque chose de totalement nouveau, sans modèle et sans guide. C'est un peu comme couper à travers champs en suivant un azimut à la boussole, il est très rare que le chemin, pourtant évident sur la carte, ne soit pas semé d'embûches. La recette à suivre pour creuse une chatière se résume à une base de topographie précise, un soupçon de trigonométrie, une once de géologie et surtout beaucoup d'huile de coude.

Un hymne à la liberté

Pour ce faire, ma bande de creuseurs déjantés et moi avons rapidement choisi la méthode gratuite en nous dédouanant de tout aspect juridico-légalo-pénible, sans jamais porter préjudice à d'autres qu'à de grandes entreprises n'étant pas affectées par le faible impact de nos activités. Nous progressons à des niveaux parallèles, au sens propre comme au sens figuré, dans les sous-sols et de façon un peu marginale... Nous ne nous demandons jamais si ce que nous sommes en train de faire est interdit, nous n'y pensons simplement pas, ce qui nous permet de jouir d'une liberté d'action absolue. Cela dit, nous ne nuisons à personne. La terre continue de tourner pendant que nous creusons des tunnels sous vos pieds.

A la Hague Bar

La première tentative de Basile et de sa bande  fut de tenter de créer une interconnection entre les galeries techniques de l'autoroute A14 et la ligne 1 du métro. Puis, il a failli s'électrocuter en perçant une galerie EDF du côté de l'avenue du Maine ou sous le bd St Michel. Si la plupart des ses activités sont destinées à rester clandestines, d'autres actions débouchent sur des événement publics - c'est le cas des fêtes souterraines - mais aussi la création d'un bar cinéma souterrain sous le Trocadéro  : " A La Hague Bar". La hague est le mur de pierres sèches utilisé dans les carrières. Je suppose que vous saisissez le jeu de mot? Des centaines de personnes auraient accédé à ce bar mythique... Victime de sa popularité, la police débarque et il a dû fermer.

Bon, Basile, si tu te connectes parfois au portail des Troglonautes, nous serions heureux de faire une interview avec toi, car tu es un vrai héros des bas-fonds et nous saluons ton militantisme pour la cause des Intraterrestres et ton esprit aventureux vers des terra incognita . Surtout, on aimerait bien venir boire un verre au Hague Bar. On apportera le carburant...

A LIRE :
Vingt mille lieux sous Paris
Un récit d'aventures de Basile Cenet
aux Editions du Trésor

Voir aussi articles 1753 et 1756.

L.T.

 

Rejoignez nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.



Rédigé par Renée Frank le Mercredi 7 Janvier 2015 à 12:28 | Lu 160 fois