De Caracalla, à Mithra (2)

Investigations souterraines


Sous les thermes, des souterrains d’usage publics : Les


les souterrains fouillés au début du xxe siècle présentent comme nous l’avons vu précédemment, également un grand intérêt : là se trouvaient les “locaux techniques” nécessaires au bon fonctionnement de l’établissement et c’est dans un de ces souterrains, sous la grande exèdre nord-ouest, que se révéla un Mithraeum, temple à Mithra, le plus imposant de Rome.


Mythra sous roche

Le culte de Mithra s'exerce dans des temples nommés mithræa (au singulier, mithræum). Ces sites sont au départ des grottes naturelles. Plus tard les constructions artificielles les remplacent : obscures et dépourvues de fenêtres, elles n'accueillent pas plus de quarante personnes).
Le mithræum type comporte trois parties :
L'antichambre ;
Le spelæum ou spelunca (la grotte), grande salle rectangulaire décorée de peintures et deux grandes banquettes le long de chaque mur pour les repas sacrés ;
Le sanctuaire, au fond de la grotte, dans lequel se trouve l'autel et l'image — peinture, bas-relief ou statue — de Mithra donnant la mort au taureau.
Des mithræa ont été découverts dans beaucoup de provinces romaines. La plus grande concentration de mithræa se trouve dans la capitale, mais on en a découvert dans des lieux éloignés tels qu'en Angleterre ou en Palestine.Leur diffusion géographique dans l'Empire semble correspondre à des installations militaires et des casernes. 
Certains furent postérieurement convertis en cryptes sous des églises chrétiennes.

Légende souterraine

Selon un récit reconstruit à partir des images et de quelques témoignages écrits, le dieu Mithra naît d'une pierre (la petra generatrix) près d'une source sacrée, sous un arbre lui aussi sacré.
Adoré par les pasteurs dès sa naissance, il boit l'eau de la source sacrée. Avec son couteau, il coupe le fruit de l'arbre sacré, et avec les feuilles de cet arbre se confectionne des vêtements.
Il rencontre le taureau primordial quand celui-ci paissait dans les montagnes. Il le saisit par les cornes et le monte, mais, dans son galop sauvage, la bête le fit tomber. Cependant, Mithra continua à s'accrocher aux cornes de l'animal, et le taureau le traîna pendant longtemps, jusqu'à ce que l'animal n'en puisse plus. Le dieu l'attacha alors par ses pattes arrières et le chargea sur ses épaules. Ce voyage de Mithra avec le taureau sur ses épaules se nomme transitus.

Quand Mithra arriva dans la grotte, un corbeau envoyé par le Soleil lui annonça qu'il devait faire un sacrifice et le dieu, soumettant le taureau, lui enfonce le couteau dans le flanc. De la colonne vertébrale du taureau sort du blé, et de son sang coule du vin. Sa semence, recueillie par la lune, produit des animaux utiles aux hommes.
Arrivent alors le chien qui mange le grain, le scorpion qui serre les testicules du taureau avec ses pinces, et le serpent.”

 

Post-scriptum

Un grand nombre de mithræa ont été découverts dans les garnisons des frontières de l'Empire. En Angleterre on en identifie au moins trois, le long du Mur d'Hadrien, à Housesteads, Carrawburgh et Rudchester. Des restes d'autres mithræa sont retrouvés à Londres. D'autres sanctuaires de Mithra érigés à cette époque se trouvent également dans le nord de l'Afrique.
Cependant la plus grande concentration de mithræa se trouve à Rome même, et à Ostie :  L'importance du mithraïsme semble confirmée par les découvertes archéologiques : plus de 74 sculptures, une centaine d'inscriptions et des ruines de temples et de sanctuaires dans toute la ville et sa périphérie. Un des mithræa les plus représentatifs, (doté d'un autel et de bancs de pierre toujours visibles), se trouve être construit sous une maison romaine (ce qui apparemment était une pratique habituelle) ; il est encore visible dans la crypte sur laquelle a été érigée la Basilique Saint Clement à Rome.
 
Rome, ville éternelle.
 

Rejoignez nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.
 


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Vendredi 30 Janvier 2015 à 08:27 | Lu 169 fois