Concours d'idées en Troglo (1)


Sous l’égide du PNR (Parc Naturel Régional) a eu lieu un concours d’idées mettant en présence plusieurs architectes invités à réfléchir à l’insertion d’architecture contemporaine dans des lieux aux servitudes fortes. Parmi les projets retenus, nous choisissons celui de Turquant (« quoi ! encore Turquant !), parce que là, dans ce célèbre village, les servitudes fortes sont… nos troglos. Mais rassurons les gardiens de la Côte, ce n’est qu’un concours d’idées, disons un exercice de style : du rêve à la réalité, il y a plus qu’un pas. Mais on ne sait jamais ! (voir notre article précédent)


Les « maisons passives » ligériennes

Concours d'idées en Troglo (1)
« Les paysages ligériens sont le résultat de siècles de travail pendant lesquels le milieu naturel a été harmonieusement transformé par l’homme. Cependant, ces constructions remarquables mettant en œuvre des matériaux locaux  (tuffeau, falun, grès, ardoise) ne doivent pas être opposées à l’architecture contemporaine. »
Comment avoir la capacité de réaliser une intervention en site sensible? C’est la question imposée à Turquant.
L’appellation « maisons passives ligériennes » traduit l’ambition du projet. Il s’interroge sur la difficulté d’allier des objectifs de performance passive, concept allemand  de « maisons presque sans chauffage » avec des formes urbaines en cohérence avec l’habitat ligérien traditionnel. A Turquant, il s’agit de construire au pied de coteau exposé au Nord.

Turquant : construire sur un talus en pied de coteau exposé au Nord

Concours d'idées en Troglo (1)
Le site de Turquant est un véritable défi à l’imagination créatrice des candidats du concours qui doivent tenir compte de contraintes fortes (l’empreinte patrimoniale, la proximité du village d’Art, l’exposition nord). Or il s’agit d’y implanter des logements sociaux basse consommation…
Oh le beau village touristique des bords de Loire! 600 habitants sur une commune située en ZPPAUP (Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysager) sont répartis sur deux vallons parallèles qui entaillent le coteau. Ce dernier dévoile de nombreuses habitations troglodytiques qui s'égrainent sur toute sa pente.
Le dynamisme actuel transforme le village : petite cité de caractère, village Métiers d’Art sont les attributs manifestes de la volonté municipale de s’engager sur les voies du modernisme dont le dernier aboutissement est… l’escalier  qui lie le bas et le haut du coteau! Un défi en chasse un autre…
 
A suivre


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Mercredi 23 Novembre 2011 à 13:31 | Lu 387 fois