Cavités 37, Indre-et-Loire (1). La génèse


Comment faire de la prévention dans le domaine du risque naturel des mouvements de terrains? Nos chers voisins du 37 ont de la chance. Le Syndicat Intercommunal pour la surveillance des cavités souterraines et des masses rocheuses instables d’Indre–et-Loire “Cavités 37” existe depuis 1985.
La “Petite maison dans la prairie” size à saint Avertin regroupe une petite équipe qui rayonne d’énergie sur tout le département … et un peu plus.
A ce jour, nombreuses sont les communes du département qui adhèrent et bénéficient des conseils et aides prodigués par la structure emmenée par Guy Nogier, son Président.
Les Trogs vous proposent un tryptique : génèse, historique, action.


Génèse : quelles sont les conditions qui ont abouties à la création du syndicat?
Histoire : presque 30 ans d’une évolution qui aboutit à une “professionnalisation” et un élargissement de son champ d’activité
Domaine d’intervention : Une structure particulièrement active dans le domaine de la prévention.

1. génèse.

Cavités 37, Indre-et-Loire (1). La génèse
Il faut remonter à l’époque où le Service des Mines du Ministère de l’Industrie était chargé de la surveillance des mines et des carrières en activité. C’est qu’en France quelques 5 000 communes se trouvent menacées d’effondrement : un casse-tête pour les maires, des angoisses pour des habitants qui risquent que le ciel leur tombe sur la tête. Outre les accidents (tgv nord qui déraille suite à l’effondrement dune galerie, la tragédie d’Issy les Moulineaux en 1964…), il y a les réseaux de galeries, vestiges d’anciennes carrières, en particulier à Paris…
L’inventaire précis des communes concernées reste à faire. Sur notre territoire, quelques communes ont commencé à entreprendre ce travail mais il reste beaucoup à faire.
En Indre-et-Loire, dans les années 80, la prise de conscience s’impose aux élus locaux, aux représentants de la Préfecture et de la Direction Interdépartementale de l’Industrie, de l’incompétence du département face à un territoire qui “peut s'estimer bien servi, avec au bas mot 14 000 "caves" répertoriées, représentant une superficie de 4 000 hectares de vide.” (Guy Benamou, l’Express 24.202.2000).
La réflexion s’oriente vers un regroupement de communes et la création dun service de surveillance (préconisé par le service des mines depuis 1975).

1985

Cavités 37, Indre-et-Loire (1). La génèse
Le 29 janvier un sinistre a lieu à Marmoutier. L’accident qui n’a heureusement pas fait de victimes hâte sans doute les décisions. Le 30 décembre, le Syndicat Intercommunal  pour la surveillance des cavités souterraines et des masses rocheuses instables d’Indre–et-Loire voit le jour sur l’initiative des maires de 14 communes, dont Michel Debré (maire d’Amboise) et Jean Royer (maire de Tours) pour ne citer que les plus connus.
La structure spécialisée dans la surveillance des cavités souterraines est créée et acquiert rapidement une certaine notoriété. Aujourd’hui 104 communes sont adhérentes et le syndicat commence à exporter son savoir- faire sur notre département.
 
A suivre.

Rejoignez nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Samedi 5 Octobre 2013 à 06:07 | Lu 672 fois