Brézé, sens dessus, dessous.


Le Château de Brézé (49) a quelque chose d’unique : les Trogs y ont retrouvé leur âme d’enfant. Lorsqu’ils l’ont investi, si la préparation du JdT et de la 1’30” a été mûrement réfléchie, sur place cela s’est révélé être une autre histoire. Entre autres chevaliers célèbres, Camelot, Arthur, et bien sur les Monty Pytons, et ... Done Quichotte ont assailli notre mémoire dans le même temps où nous nous emparions du Château. Et oui, la folie du pouvoir nous guette!
Et puis il y a les souterrains, dont seulement une partie est ouverte au public : où l’on prend conscience de l’ingéniosité de l’esprit humain, particulièrement au Moyen-Age, et de l’instinct de survie, dont nous entretient Dame Annie. Alors, penchons-nous sur les dessous de Brézé.


Renaissance et gothique en surface

Brézé, sens dessus, dessous.
Lorsque vous arrivez à Brézé, la première fois, vous découvrez une dame élégante de Renaissance et Gothique vêtue. Le château a été construit avec le tuffeau extrait des douves. C’est la plus grande forteresse jamais édifiée en Europe avec ses douves vertigineuses de 18 mètres de profondeur qui contrastent étrangement avec l’élégance naturelle de l’ensemble. Les vicissitudes humaines  s’égrènent au fil du temps : dix siècles d’histoire s’impriment successivement.  C’est en 1448 que Gilles de Maillé Brézé obtient du roi René l’autorisation de fortifier le château et d’y creuser les douves.
La facture Renaissance de style italien et les dépendances datent du 16ème siècle. La forteresse intègre une grande galerie, un logis Renaissance en équerre et une tour de l’horloge. Quand au colombier,  construit au 16ème siècle, doté de 3700 boulins (trous creusés comme niche pour les pigeons), il offre la particularité d’être coiffé d’un dôme à lanternon, tout comme l’orangerie. L’empreinte néo-gothique du 19ème siècle est signée par un architecte angevin, René Hodé.

Habitat défensif en profondeur

Brézé, sens dessus, dessous.
Mais descendons dans l’antre de la forteresse pour y découvrir son âme cachée, invisible de l’extérieur. Là nous basculons de l'autre côté de cette sculpture intemporelle, peut être l’enfer : sans aucun doute pour les résidents du Château d’antan où la survie était de rigueur. Boulangerie, cave à vin, atelier de fabrique de tonneaux, autant de signes de quotidienneté d’existence et d’autonomie, en cas d’agression. La défense y est active : le château fort qui se prolonge sous terre possède tout un arsenal défensif, chemins de ronde souterrains, meurtrières qui protègent les douves. C’est un des plus beaux exemples d’architecture creusée militaire dont les premières fondations remontent  sans doute à l’an mille.

Annie, raconte nous...

Mais oui, descente aux enfers pour les éventuels envahisseurs, vikings en l’occurrence. Tout était prévu pour les accueillir, comité de réception très “communicant” : passages étroits qui ne permettaient le franchissement que par un seul homme, trous d’ou jaillissaient des lances même tenus par des enfants (horreur médiévale!), meurtrières, mortelles, et j’en passe... lors de la visite que vous ne manquerez pas de faire, laissez vagabonder votre imaginaire!
Comme dans beaucoup de sites, le "troglo est une protection..." Annie Bretheon, nous emmène à la découverte des systèmes défensifs.

Le Château au présent : une programmation d’enfer

Brézé, sens dessus, dessous.
Ouvert en 2000, à l’initiative du Comte et de la Comtesse de Colbert, aidés par Patrick Saletat (ce sera l’objet d’un autre sujet), le Château propose au public des manifestations qui s’enchaînent dès lors dans la visite de plus d’un kilomètre de long.
Le comité d’accueil actuel est plus... réceptif et attentionné qu’au Moyen-Age : leur arme, le sourire conjugué principalement au féminin. La vitrine virtuelle (http://www.chateaudebreze.com), me fascine : on découvre les faces cachées du dessus, les dessous. Le doigt-souris permet de très rapidement comprendre comment fonctionne les lieux et de réaliser que l’on ne connait pas tout. A suivre...
 
Oyez oyez! Braves gens, et n’hésitez point à vous “rencarder” et à venir festoyer en bonne compagnie. Dame Raphaële et Emeline vous attendent à l’entrée du pont levis...
Vous êtes donc conviés :
 
Le 26 et 27 mai au tournoi de joutes équestres contre le Château de Rivau
Le 16 juin à la Fête de la musique
Le  23 et 24 juin à “Anjou Velo Vintage”
 
Et puis, et puis, et puis... pour le reste on vous en dira un peu plus dans quelque temps. Soyez patients, Juillet et Aout vous réservent quelques bonnes surprises. Vous aurez toutes les infos sur (http://www.chateaudebreze.com) et bien entendu sur votre portail préféré, troglonautes.com
Un dernier conseil, faites comme les Trogs : partez à l’attaque du Château.
 
Pour tout renseignement
 Château de Brézé 49260 BREZE
Tél : 02 41 51 60 15.  E-mail : s.noyer@chateaudebreze.com


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Samedi 12 Mai 2012 à 08:00 | Lu 509 fois