Bou Soun, le coin de Nanard


“Pour vivre heureux, vivons cachés.” Pour le coup, se rendre à l’un des fiefs de Nanard Pictus relève du plus grand défi. Déjà Aglou est un coin un peu perdu,rejoindre Bou Soun n’est pas une mince affaire. Mais une fois sur place… nous sommes dans la réserve de l’Oued Massa.


Poisson frais à toute heure

Nous quittons notre futur “fief” pour rejoindre celui du “Pape des Troglos”. Soit vous avez une mule, soit un 4X4, soit vous êtes un pilote expérimenté  qui connait les pistes et les dunes comme sa poche. Notre pote Brahim, futur “régisseur” de notre domaine, nous conduit sans hésitation  au village de pêcheurs.Il ne s'agit pas de grottes accrochées ça et là dans la falaise, mais d’un véritable agglomérat de cavités pratiquement toutes occupées par les pêcheurs. Une forte odeur de sardine flotte ans l'air... Le village est désert, tous les pêcheurs sont nichés dans des surplombs vertigineux : ils font leur marché en “ligne directe” 25 à 30 mètres plus bas : courbines, bars, dorades, mulets et raies les attendent quotidiennement. Impressionnant, comme cet escalier brut de brut, taillé dans la roche et qui dessert les points de pêche.
 

Grottes à gogo…

Evidemment, coup de chance, on tombe sur Mohammed dit Momo, un copain de Nanard. Il s’occupe de sa grotte durant l’absence de ce dernier : “il est toujours vivant?” me demande-t-il d’un ton mi-figue mi-raisin… Mais oui, mais oui, le Pictus se porte comme un charme…
Il me désigne la grotte de ce dernier. Comme les autres, elles se font discrètes, sans superflu.Pas la peine de chasser le naturel, il imprègne le “village” dans tous les pores de la roche. L’odeur persistante du poisson, se mêle aux effluves de l’océan et traduit l'incessante activité des hommes qui descendent sur leurs lieux de prédilection, selon les horaires de la marée et l’humeur de la mer. L’endroit semble protégé, et pour cause…
 

La réserve de l’Oued Massa

Lorsque nous quittons Aglou-Plage pour rejoindre nos grottes, nous franchissons 2 kms à la sortie de la ville, comme la  porte d’entrée d’un nouveau territoire : nous pénétrons dans la réserve de L’Oued Massa. Il s’agit en fait d’une réserve naturelle d’environ 1200 ha, “endroit merveilleux et silencieux” disent les guides. Principalement occupée par des nichées d’oiseaux, flamands roses et canards, et les… troglodytes. Là aussi souffle un vent de protection, et de sauvegarde… bienvenue au club!
 

A suivre…
Prochain sujet : Les enduits de “Momo”

Rejoignez nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.



Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Lundi 18 Novembre 2013 à 05:22 | Lu 189 fois