Ban des vendanges à Parnay


Ce dimanche, se déroulait à Parnay, non loin de notre magnifique église du 11ème siecle la traditionnelle Messe des Vendanges, et le ban orchestré par la Confrérie du Tastevin de Saumur qui célébrait ainsi le “ban", dans le cadre de la paroisse St Vincent des Coteaux.


Un peu d’histoire... merci “wiki”!

Ban des vendanges à Parnay
« Déjà à Rome la date des vendanges n'est pas laissée au libre arbitre du vigneron et repose sur une délibération publique dans le sens de l'intérêt général…Depuis le Moyen-Age, les seigneurs et moines propriétaires de vignes avaient constaté la nécessité d'une bonne maturité du raisin pour faire du bon vin. Or, quelques vignerons redoutant pourriture grise, grêle ou dégâts d'animaux, vendangeaient avant complet mûrissement du raisin. Il fut décidé d'instaurer un ban (interdiction) dont seule la levée donnait le coup d'envoi des vendanges. Bien évidemment, il ne s'agissait pas d'une date fixe. Elle était fixée tous les ans en fonction du millésime entre l'intendant du propriétaire et les fermiers et métayers.
Au temps de la Rome ancienne, le ban des vendanges correspondait à un phénomène astral, la connaissance du ciel réglait les dates des récoltes comme des semis, il était publié au lever héliaque de Vindemiatrix. Cette étoile se trouve au milieu de la grappe que la Vierge tient d'une main, l'autre étant occupée par la gerbe de blé qu'éclaire l'étoile Spica (l'Epi). Dans le ciel, Vindemiatrix est située à environ 15° après l'équinoxe d'automne.(l'Agriculture Bio-Dynamique François Bouchet). Durant l'Ancien Régime, les vendanges commençaient chez le seigneur local, qui ensuite avec les religieux décrétaient le ban des vendanges, cela jusqu'au calendrier révolutionnaire. La décision appartient maintenant au pouvoir administratif. »
 

A Parnay, sujet “express”

Ban des vendanges à Parnay
Comme chaque année, c’est l’occasion offerte aux élus locaux, aux viticulteurs du “coin” de se retrouver pour une célébration religieuse colorée, suivie par la dégustation rituelle de quelques crus locaux.  L’église, encore debout était aux premières loges. Les élus travaillent d’arrache pied à un projet de restauration nécessaire. La plus belle enseigne de la Côte  Saumuroise (un peu de chauvinisme local ne fait pas de mal) domine la vallée sur un coteau fragile qu’il a fallu conforter (Merci Roc confortation) avant d’entreprendre les travaux sur l’église proprement dite. Pour le moment, comme le bon vin, elle coule des jours heureux. A suivre...


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Dimanche 30 Septembre 2012 à 13:16 | Lu 294 fois