BD et troglos 1 : Tintin


La rubrique des “perles” va s’enrichir de notes portant sur les liens qui unissent les “bédéphiles” et les “troglopattes”. Les trogs ont décidé d’investir le monde de la bande dessinée à la recherche de connotations troglodytiques. Nous commençons nos recherches dans les aventures extraordinaires de Tintin qui regorgent de visions souterraines, mais aussi troglodytiques.


Georges Remi, dit Hergé (1907-1983)

C’est en 1929 que celui que l’on considère comme le père de la bande dessinée européenne entreprend de raconter les aventures de Tintin. Considéré comme l’un des plus grands artistes contemporains, il a vendu plus de 230 millions d’albums, traduits dans une centaine de langues. Aujourd’hui son oeuvre est gérée par sa femme, la société Moulinsart et la Fondation Hergé.
Michel Serres a dépeint l’illustrateur en ces termes : “ Il a donné à rire, et il a éduqué. Il a dessiné la beauté du monde, le nombre des langues, des cultures, des habitudes. Hervé fait voyager comme Jules Vernes, en voiture, en chemin de fer, en voiture, en fusée...  Le savant, le journaliste, le marin, la police partent en histoire, archéologie, sociologie, anthropologie, politique même, comme les “Voyages extraordinaires” nous emmenaient en botanique, astronomie ou géologie...” (Extrait de Hergé mon ami, Michel Serres, Editions Moulinsart, 2000).
Et c’est ainsi qu’on découvre au fil des albums, quelques souterrains ou troglos...

Troglos en stock chez Tintin!

BD et troglos 1 : Tintin
Il me semble, que mon premier souvenir de ”troglodyte” remonte à cette période éloignée où je découvre presque en cachette (lire une BD était mal vu) les voyages épiques de Tintin accompagné du truculent capitaine Haddock, célèbre pour ses intarrisables insultes dont  “bachi-bouzouk” et “espèce de troglodyte!”. Je n’ai réalisé que beaucoup plus tard, la signification de cette... insulte que l’on retrouve notamment dans “Le crabe aux pinces d’or”.
C’est aussi dans “Le Temple du soleil”, le passage secret qu’emprunte Tintin qui butte sur les restes d’une sépulture royale.
La plus belle référence au troglodytisme est la planche illustrant Pétra tirée de “Coke en stock” dont le réalisme saisissant est la preuve du long travail de recherche et de documentation préludant chaque album de l’auteur.
Dans tous les cas, ce sont les paysages qui donnent tout leur relief à l’intrigue et qui constituent une irrésistible invitation au voyage.
 
Si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à consulter le GEOVOYAGE “hors série” , Le tour du monde de Tintin.


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Lundi 5 Novembre 2012 à 06:00 | Lu 593 fois