Annie Brethon, troglodyte et conteuse

Interviewée par Troglita


Mystérieuse Annie, qui jamais ne parle d'elle, uniquement de son vécu. Annie Brethon quand elle n'arpente pas les riches heures du passé dans la Ville de Saumur, arpège de ses souvenirs le monde troglodytique et souterrain.


Annie ou la fascination du monde souterrain.

Annie Brethon est née en région parisienne il y a quelques dizaines d'années. Tombée dans un trou ou plutôt une cave très très jeune, elle y a cultivé le monde de l'ordinaire jusqu'à l'extraordinaire. « Petite fille, mes parents me disait d'aller à la cave , lorsque j'étais punie. Eh bien, … j'étais ravie!  j'aimais cela .»
 

On devine qu'elle ne fut pas une petite fille sage... Dans cette cave tout était possible et son imaginaire débordant. Rien de cauchemardesque, de l'enchantement, peuplé parfois d'épisodes tragiques, la guerre, la descente à la cave pour se protéger. Tout est dit,le monde souterrain, refuge, cocon. Elle devient enseignante, accompagnée dans la vie par un archéologue, tout deux passionnés de spéléologie, d'histoire.
 

«  L'histoire se révèle sous terre »


Du côté de chez... Rochemenier

Dans les années 70, ils déménagent en Anjou, puis s'établissent à Rochemenier en 1979, ils ont trouvé leur grotte. Aujourd'hui, le lieu est devenu un complexe hôtelier connu sous le nom de Rocaminori. «  Nous avons découvert le double de ce que l'on avait acheté, incapables de dire combien il y avait de pièces, tout se rejoignait. » (Deux semi troglos, un troglo)
 

Il s'ensuit nombre de travaux, déblayages, confortement, installation électrique, tout est à faire, rien ne la désarme. Elle sent la pierre, l'écoute, y est attentive. Convivialité et solidarité sont au rendez-vous : amis et famille s'activent, on y trouve de la musique, on y donne des fêtes, des concerts... En troglo, pas de soucis, le bruit ne se répand pas. Annie fait les fouées. Transformer un poulailler en maison d'habitation, tel est le défi.Le site prend forme et devient habitable. Elle y vivra 30 ans.
Annie est une passionnée du monde souterrain : " tu rentres directement dans le passé". C'est un monde qui se mérite, le rituel de passage est bien là, pénétrer une grotte, c'est franchir le passage entre le monde du "dessus" et le monde du "dessous", il faut une démarche pour s'y rendre,ramper... Investie dans cet univers particulier, elle procède à la datation de la Cave sculptée de Dénéze sous Doué, ainsi qu'à sa restauration (16ème siècle : présence de statues contestataires du 16ème, caricatures politico- religieuses,…). 
- Dites moi, Annie , Quelles sont les qualités d'une troglodyte?
-Sensibilité et patience, faire preuve de bon sens et d' anticipation.
 


Des troglos... il y en a partout

Au visionnage du film : "L'Evangile selon Saint Mathieu" de Pasolini, Annie part pour Matera en Italie : chef d'oeuvre helléniste architectural, alors  inconnu du public, de nombreux voyages suivront. Petra en Jordanie , la Cappadoce en Turquie, Lalibela en Ethiopie, Matmata en Tunisie, le Maroc, l'Algérie, l'Espagne en Andalousie, Paterna à côté  de Valence, où les troglos sont creusés autour d'une cour intérieure. On creuse une carrie, les grottes le sont ensuite latéralement. Construit comme une maison espagnole, d influence arabe.
 

Sollicitée , elle écrit alors des articles qui paraîtront dans La Revue Française des Souterrains, fera l'objet de la une de VSD , après la découverte d'un souterrain à Roche Clermont et participera à de nombreux congrès. Annie Brethon est également l'auteur de nombreux travaux d'inventaire des souterrains refuges dans notre région et ,pour bon nombre découverts par elle. Intarissable quant à la connaissance des cavités souterraines sur le territoire, naturelles ou creusées par l'homme, ses pas l'on menée un peu partout.
Elle y fait de belles rencontres, entre autres, celle de Ferdinand Bodin : dernier carrier dans le tuffeau, quand il arrivait à la nappe phréatique, il posait une brindille sur le sol et vous disait : « Tiens, la Loire va monter », ou, « Il va y avoir du vent demain ».
Les femmes écoutaient la pierre, préparaient le travail de leur mari. Ce que j'aime dans l'habitat troglodytique, c'est qu'il est fait par l'homme, me dit-elle. 

 On la retrouve au sein d'associations : Société française d' études des souterrains, le CTATP, Le Monde des Troglos .


Annie, la conteuse

Ce que j'aime dans l'habitat troglodytique, c'est qu'il est fait par l'homme, me dit-elle. Fonctionnel et évolutif, Il faut,cependant être jeune pour vivre en troglos, et des finances, il y a toujours des travaux : le troglo vit.
Passionnée par ce que l' homme a creusé, " Creuser c'est créer un espace dans la matière , si tu as besoin d'espace tu creuses, chaque creux a une utilité, un enfant peut creuser,c'est un milieu favorable à la création autant qu'à l'imagination."

Le monde des troglos est un monde merveilleux, riche en architecture, en histoire, et intimement lié à l'Histoire.

Notre amie ,la conteuse Annie, a réuni dans son troglo, toutes ses passions, elle vous emmène dans ses anecdotes, et dans son imaginaire. Venez la retrouver , l'écouter...

Rejoignez nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.
 



Rédigé par Chantal Bouin le Vendredi 12 Février 2016 à 08:02 | Lu 390 fois