Aglou-glou plage


"Boire un petit coup"… vous connaissez la chanson. Exception faite du Maroc, où hormis dans les grandes villes, vous ne trouvez âme qui boive (avec modération).
Ne parlons pas de notre grotte : nous voulions sabrer le champagne pour cette nouvelle acquisition, que nenni! Bien sûr on aurait pu comme Nanard Pictus amener dans nos bagages quelque "cubi- bag in box" empli de divin nectar, mais nous étions "avionnisés" et donc, point de Saumur Champigny en soute. Comment faire? Les Trogs ont plus d'un bouchon à leur barrique. Un sourire pour terminer l'année.


Leçon n°1 / le guide pratique

je ne parle pas des guides reliés de poche, fort utiles, mais des guides "intermédiaires" plein de ressources, à la langue bien déliée, en l'occurrence l'Ami Brahim. Il connait tout ici, de Sidi Ouarzig à Marrakech. Aussi quand je m'enquiers auprès de lui de l'existence possible d'un débit de "boissons", m'indique-t-il deux, trois bonnes adresses. "Tu sors de Tiznit, par la route de Goulimine, tu vois une station service "T…", et à côté un grand hôtel, c'est le G…H…T… (ne pas prononcer "J'ai Acheté"…). Là, tu vas au bar, à côté de la réception… et tu fais tes affaires."

Leçon n°2 / soyez perspicaces, simples et directs

Nous trouvons après quelques balbutiements le dit bar, discrètement tenu dans une entrée anonyme du G.H.T. Rien ne laisse présager de ce que nous allons découvrir avec ravissement : un estaminet de premier ordre, fréquenté par la gente masculine locale, djellaba de rigueur. Un moment je pense fumerie d'opium, mais non, deux salles lumineuses de pénombre, pourvues d'un bar de rêve et d'un cerbère des plus affables. Je m'enhardis, secondé par ma moitié, et lui exprime ma requête, qu'il exécute sans coup férir.
Du coup, nous prenons place parmi les habitués du lieu, qui nous accueillent avec le même sens de l'hospitalité que l'on trouve partout (ou presque) au Maroc.
Nos voisins immédiats se nomment Mohammed 1, Mohammed 2, et Baîs. Ce dernier, fière allure pour ses 90 ans, nous raconte sa vie en France, des mines de charbon dans le Pas de Calais, à Simca, en passant par Renault à Flins, et finalement une retraite paisible de retour à Tiznit.
 

Leçon n°3 / Attention à la qualité des nectars

Evitez les premiers prix, sans être oenologue, je vous le conseille. Nous avons tenté deux couleurs, le rouge marqué Made in Maroc, et le rosé idem (environ 45 DIRHAMS). Pour le moment, mauvaise pioche avec le gris qui tache…
Nous vous informerons des progrès de notre enquête, à la fin de notre séjour.
Par respect pour les lieux, nous ne citons aucun nom, ni aucune adresse, et d'ailleurs toute cette histoire n'est que le fruit de mon imagination. Mais si vous voulez nous croire et tout connaître, contactez les Troglonautes, demandez "Sidi Barbepik".


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Dimanche 5 Janvier 2014 à 05:22 | Lu 204 fois