A la découverte des troglos de Santorin


Les Trogs partent enquêter sur les traces d'Ulysse en quête de troglos sur l'ile de Santorin. Vous pourrez suivre ( peut-être en direct ) le résultat de nos pérégrinations.


A la découverte des troglos de Santorin
Le premier auteur classique à parler des troglos c’est Hérodote, vous savez… l’historien grec. 
Chasseur de troglos devant l’éternel, je commence à me rencarder. Et puis, Diodore de Sicile intervient : Selon lui, les Éthiopiens troglodytes étaient voisins des Garamantes qui les poursuivaient sur leurs chars à quatre chevaux. C'étaient les plus rapides de tous les hommes à la course à pied et ils mangeaient des lézards et autres reptiles. Leur langue ressemblait à des cris aigus. Il fait de la Troglodytice une région africaine située au Sud-Est de l'Égypte et bordant la mer Rouge . Il s'agit probablement des régions de l'actuel désert de Nubie et de la Corne de l'Afrique . Il y mentionne des peuples Éthiopiens et Troglodytes qui font du commerce sur les côtes. Il décrit parmi eux les Cynamolges qui boivent le lait des chiennes et chassent les troupeaux de bœufs sauvages avec de grands chiens. Un ensemble d'autres peuplades mentionnées par l'historiographie antique portaient également le nom de Troglodytes. Il s'agissait là d'une race à peine humaine, velue comme des bêtes et ne communiquant que par cris ; ils vivaient dans des cavernes. (dixit wikipédia !)
En résumé, réalisez que cela fait des siècles que l’inconscient collectif se nourrit de ces avatars ! Du coup, j’ai décidé de partir sur les traces des Anciens, et de me rendre avec Lady Trog dans les contrées sillonnées par Ulysse pour poursuivre mes investigations. 
A l’heure où vous nous lisez, nous sommes entre ciel et terre, dans l’intention de découvrir de quoi est fait le « οικογένεια πτηνών στην οποία ανήκει το πουλί τρωγλοδύτης ή τρυποφράχτης » en Grèce. Rendez- vous à Santorin bientôt… 

Lady et Mister Trog

Y a t'il des troglos sous l'Acropole?

En attendant d'atteindre Santorin, Athènes nous a ouvert les voies de l'Acropole...
Notre sang n'a fait qu'un tour en distinguant sous l'édifice dans la barrière rocheuse deux cavités dont l'une, fortement appareillée, faisait penser à l'un de nos chantiers de confortement locaux. Nous fonçâmes donc derechef sur les lieux.
Rassurez-vous, point de troglos. Il s'agissait de la restauration du Monument chorégique de Thrasylos, construit dans la petite grotte qui se trouve au dessus du Théatre de Dyonisos.
La cavité du rocher fut retaillée, ménageant un espace de 6,20 x 1, 70 M et  6 m de haut.
Le monument fermé par deux grandes portes de marbre aurait été construit en 319 av. J.C. Bien après le deuximèe siècle après J.C, la grotte fut transformée en église chrétienne dédiée à la Panaghia Spiliotissa (notre-Dame de la Grotte).

A la découverte des troglos de Santorin
Le Rocher de l'Acropole vu du Sud : à sa base vous pouvez distinguer les grottes qui ont attiré notre regard... Sur l'autre versant, des travaux de grande ampleur sont réalisés pour restaurer ce lieu de culte dans son état d'origine.
Il ne sagit pas d'habitat  creusé, mais  tout simplement de grottes naturelles réaménagées pour le confort des dieux. Elles sont consacrées respectivement  au culte de Pan, de Zeus, ou des nymphes. Plus bas, une source  et un puits sont aménagés dans la roche...

A suivre...


Rédigé par Patrick Edgard-Rosa le Lundi 27 Juin 2011 à 00:02 | Lu 742 fois